💳 2x payment without fees from 50€ of purchases

Pilules contraceptives, progestatifs & risque de méningiome

pilule endométriose progestatif méningiome

Qu'est-ce qu'un méningiome ?

Un méningiome est une tumeur généralement bénigne qui se développe à partir des méninges, les membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière.

Bien que souvent non cancéreuses, ces tumeurs peuvent causer des problèmes graves en comprimant le cerveau ou les nerfs voisins.

Les pilules concernées par le risque de méningiome

Recommandations de contrôle par IRM pour Lutéran & Lutenyl au coeur du scandale : 450 femmes touchées par méningiome accusent l'Agence régionale de sûreté du médicament d'avoir gardé le silence 

Lire l'article 

Les progestatifs suivants présentent un risque accru de méningiome et font l'objet de recommandations spécifiques par l'assurance maladie, avec un IRM de contrôle.

Si tu en as prise et que tu n'as pas reçu de courrier de l'assurance maladie ou d'informations de ton médecin, prends contact avec lui/elle : 

  • Lutéran (acétate de chlormadinone) et génériques
    Utilisation : Contraception hormonale et traitement des troubles menstruels.
    Mesures : Surveillance par IRM cérébrale recommandée en cas de traitement prolongé ou de symptômes​ (ANSM)​.
  • Lutényl (acétate de nomégestrol) et génériques
    Utilisation : Traitement des troubles menstruels et de la ménopause.
    Mesures : Surveillance par IRM cérébrale recommandée similaire à Lutéran​ (ANSM)​.
  • Colprone (médrogestone)
    Utilisation : Traitement de l'endométriose et des saignements liés aux fibromes.
    Mesures : IRM cérébrale recommandée pour les patientes traitées plus d'un an​ (ANSM)​.
  • Depo Provera (acétate de médroxyprogestérone)
    Utilisation : Contraception injectable.
    Mesures : Utilisation justifiée en cas de non-respect de l'observance ou d'intolérance à d'autres méthodes contraceptives ; IRM cérébrale recommandée en cas de traitement prolongé​ (ANSM)​.

Mesures prises pour les pilules contraceptives et traitements hormonaux contenant de l'acétate de cyprotérone

Ces références ont aussi été associées à un risque accru de développer des méningiomes, surtout après une utilisation prolongée.

Voici un aperçu des pilules concernées et des mesures prises :

  • Androcur (acétate de cyprotérone) et ses génériques (50 mg et 100 mg)
    Utilisation : Traitement de l'hirsutisme sévère, cancer de la prostate, paraphilies.
    Risques : Augmentation du risque de méningiome après plus de six mois de traitement à haute dose.
    Mesures : Réévaluation annuelle de la prescription, utilisation minimale efficace, IRM cérébrale en cas de symptômes évocateurs de méningiome​ (ANSM)​​ (ANSM)​.
  • Diane-35 et ses génériques (éthinylestradiol/acétate de cyprotérone)
    Utilisation : Traitement de l'acné sévère
    Risques : Risque accru de méningiome en cas d'antécédents ou de présence de méningiome.
    Mesures : Contre-indiqué pour les patientes avec des antécédents de méningiome​ (ANSM)​.
  • Climene (estradiol/acétate de cyprotérone)
    Utilisation : Traitement hormonal substitutif de la ménopause.
    Risques : Similaires à ceux de Diane-35.
    Mesures : Contre-indiqué pour les patientes avec des antécédents de méningiome​ (ANSM)​.

Les Progestatifs en cours d'étude : les + prescrits pour l'endométriose 

Certains progestatifs utilisés seuls n'ont pas encore été clairement liés à un risque accru de méningiome, mais des études complémentaires sont nécessaires :

  • Diénogest (Visanne et génériques) :

    Dimetrum
    Endoevely
    Misola
    Qlaira
    Visanne
    Sawis

  • Drospirénone (Slinda)
  • Désogestrel (Cérazette et génériques)

Les résultats actuels ne permettent pas d'exclure un risque potentiel, et leur utilisation croissante justifie des recherches supplémentaires​ (ANSM)​.

Recommandations pour les utilisatrices de ces traitements :

  • Surveillance : IRM cérébrale recommandée pour les patientes présentant des symptômes évocateurs de méningiome ou traitées à long terme.

  • Information et Consentement : Signature annuelle obligatoire d'une attestation d'information entre le patient et le médecin pour les médicaments à base d'acétate de cyprotérone.

  • Réévaluation : La prescription doit être réévaluée annuellement pour s'assurer du rapport bénéfice/risque et ajuster la posologie au minimum efficace.
  • Durée : Le traitement doit toujours être prescrit à la dose minimale efficace et pendant une durée d’utilisation la plus courte possible.

 

Si tu utilises ou envisages d'utiliser une pilule contenant de l'acétate de cyprotérone, il est crucial d'en discuter avec ton médecin pour comprendre les risques et les alternatives possibles. La vigilance et le suivi médical régulier sont essentiels pour minimiser les risques associés à ces traitements.

Pour plus d'informations, consulte les recommandations complètes sur le site de l'ANSM :

- https://ansm.sante.fr/actualites/progestatifs-et-risque-de-meningiome-recommandations-pour-limiter-ce-risque

Previous post